Ces deux semaines ont été sismiques pour Hockey Canada alors que cinq joueurs actuels ou anciens de la LNH se sont rendus à la police de London, en Ontario, dans le cadre d’une affaire d’agression sexuelle datant de 2018.

Les cinq joueurs en question – l’attaquant des Devils du New Jersey Michael McLeod et le défenseur Cal Foote, le gardien des Flyers de Philadelphie Carter Hart, l’attaquant des Flames de Calgary Dillon Dube et l’ancien attaquant des Sénateurs d’Ottawa Alex Formenton – faisaient partie de l’équipe canadienne médaillée d’or aux Championnats du monde juniors. en 2018, cette affaire fait l’objet d’une enquête après qu’une femme a allégué avoir été agressée sexuellement par huit membres de l’équipe dans le cadre d’une action civile déposée en 2022.

Chaque joueur s’est rendu à la police de Londres au cours des derniers jours pour faire face à des accusations liées à l’enquête policière. Les avocats des cinq hommes ont confirmé à ESPN que leurs clients nient tout acte répréhensible et combattront les accusations portées contre eux.

Le commissaire de la LNH, Gary Bettman, a déclaré vendredi aux journalistes que la LNH avait commandé sa propre enquête d’un an sur l’incident, qui comprenait notamment l’interview de tous les joueurs de l’équipe de 2018. Bettman a déclaré que la ligue ne publierait ses conclusions qu’après la fin du processus judiciaire de la police de Londres.

Une mise à jour sur l’affaire de la part de la police de Londres est attendue via une conférence de presse le lundi 5 février.

Il a fallu près de six ans pour franchir cette étape dans une affaire qui a profondément ébranlé Hockey Canada, l’organisme directeur national du sport. Avant que la police ne fournisse plus d’informations sur la voie judiciaire à suivre lors de la conférence de presse de lundi, voici une chronologie de ce que nous savons jusqu’à présent, notamment quand l’agression présumée a eu lieu, qui était impliqué et pourquoi ce décalage existe entre l’incident allégué et l’identification finale. (et inculpant) les joueurs soupçonnés d’être impliqués.

5 janvier 2018 : Buffalo, New York

Le Canada a battu la Suède 3-1 pour remporter l’or aux Championnats du monde de hockey junior 2018 de l’IIHF.


17-19 juin 2018 : London, Ontario

Ces deux douzaines de champions du monde junior ont été réunis cinq mois plus tard lors du gala et de l’événement de golf de la Fondation Hockey Canada, une activité de financement annuelle prestigieuse et très fréquentée de deux jours. La plupart des joueurs ont été hébergés au luxueux Delta Hotel London Armouries. L’ambiance aurait été conviviale dès le début.

Cette première soirée, le dimanche 17 juin, comprenait un dîner réservé aux joueurs et au personnel de l’équipe de 2018 pour récapituler et se réjouir de leur exploit.

Le gala de Hockey Canada a débuté le lundi 18 juin. Les joueurs ont passé la journée à faire des apparitions publiques dans la ville et à assister à un cocktail VIP avant l’ouverture de la soirée officielle à RBC Place London. Plus de 1 000 participants se sont rassemblés dans l’ancien London Convention Centre et la soirée a permis de récolter environ 1 million de dollars.

L’événement s’est terminé vers 22 heures. Après cela, plusieurs joueurs se seraient rendus au Joe Kool’s, un pub sportif situé dans la très animée Richmond Street de Londres, et se seraient rassemblés dans une arrière-salle. De là, le groupe s’est rendu au Jack’s, un bar qui aurait été rempli (comme d’habitude) d’un certain nombre d’étudiants de plusieurs instituts locaux de Londres.

C’est chez Jack’s qu’une jeune femme – désignée dans sa déclaration de 2022 déposée au tribunal sous le nom d’EM – a rencontré l’un des joueurs. Il serait désigné dans son dossier sous le nom de John Doe 1. Selon cette déclaration, la femme est devenue de plus en plus ivre avant de finalement quitter le bar avec John Doe 1 et de revenir avec lui à l’hôtel Armouries. Là, les deux « se sont livrés à des actes sexuels ».

Par la suite, John Doe 1 a invité ses coéquipiers dans la pièce sans le consentement de la victime. Dans sa déclaration, elle a déclaré que les joueurs l’avaient obligée à se toucher et à leur faire une fellation et qu’ils avaient eu des relations sexuelles vaginales avec elle sans son consentement. Lorsqu’elle a tenté de quitter la pièce, elle a été « dirigée, manipulée et intimidée » pour qu’elle y reste et elle a commencé à craindre pour sa sécurité physique lorsque les joueurs ont amené leurs clubs de golf dans la pièce.

Avant que la femme ne parte finalement, elle aurait été contrainte de réaliser deux vidéos dans lesquelles elle déclarait que tout ce qui s’était passé était consensuel.

Le lendemain matin, le mardi 19 juin, les joueurs ont pris le départ au London Hunt & Country Club pour couronner les festivités du gala de Hockey Canada. Entre-temps, selon un témoignage parlementaire ultérieur de l’ancien PDG de Hockey Canada, Tom Renney, le beau-père de la victime de l’époque a appelé le service des ressources humaines de Hockey Canada pour signaler l’agression sexuelle présumée qui s’est produite.

Renney a témoigné que lui et le président de Hockey Canada, Scott Smith, ont appris les agressions présumées à leur retour à Calgary après le gala. Ils ont ensuite examiné les informations dont ils disposaient auprès des partenaires de gestion des risques et d’assurance de Hockey Canada. À partir de là, Smith a déclaré qu’un représentant de Hockey Canada avait contacté la police de Londres; les joueurs ont également été informés qu’une enquête serait en cours et il leur a été conseillé de coopérer.

Les responsables de Hockey Canada ont soutenu qu’ils ne savaient pas quels joueurs auraient été impliqués dans l’agression. Ni Henein Hutchison LLP (le cabinet d’avocats de l’instance dirigeante) ni la police de Londres n’ont confirmé ces identités à l’époque. Hockey Canada affirme avoir informé Sports Canada de ce qui se serait produit et avoir commandé sa propre enquête à un tiers – par l’intermédiaire de Henein Hutchison – sur cette affaire.


Février 2019

La police de London a informé Hockey Canada que son enquête criminelle était close. Hockey Canada a affirmé que la femme en question avait refusé de parler aux autorités ou à leurs enquêteurs. Aucune accusation n’a été déposée à ce stade.


septembre 2020

Hockey Canada a clôturé sa propre enquête indépendante sur l’affaire.


avril 2022

La victime a déposé sa déclaration auprès de la Cour supérieure de justice de l’Ontario, réclamant 3,55 millions de dollars en dommages-intérêts à Hockey Canada, à la Ligue canadienne de hockey et à huit joueurs « y compris, mais sans s’y limiter, les membres de l’équipe de hockey junior masculin U20 du Canada du Mondial 2018 ». Équipe junior.”


mai 2022

Hockey Canada a réglé sa cause au nom des défendeurs, concluant un règlement à l’amiable avec la femme pour un montant non divulgué. Scott témoignera plus tard que Hockey Canada a liquidé ses investissements afin de finaliser le règlement.

Plus tard ce mois-là, Renney a contacté l’ancienne ministre canadienne des Sports, Pascale St-Onge, pour lui dire que le média canadien TSN publierait une histoire sur le dépôt du dossier auprès du tribunal et le règlement ultérieur. St-Onge soutient que c’était son introduction à l’incident allégué et au procès qui a suivi.

Le 26 mai, le journaliste de TSN, Rick Westhead, a annoncé les allégations de la femme et sa poursuite contre le contingent de joueurs, et qu’elle avait accepté un règlement dans cette affaire.


juin 2022

Après que la nouvelle de l’agression présumée et du procès ait été rendue publique, St-Onge a ordonné une vérification de Hockey Canada pour s’assurer qu’aucun fonds public n’avait été utilisé dans le règlement.

Au milieu du mois, Renney et Smith ont été amenés devant des députés lors d’une réunion du Comité permanent du patrimoine canadien pour discuter de la réponse de Hockey Canada à l’incident en question. Tous deux ont témoigné que 19 joueurs avaient été « encouragés », mais non obligés, à parler avec les enquêteurs tiers de l’instance dirigeante. Ils ont également ajouté que l’identité des huit joueurs figurant dans le dossier judiciaire leur restait inconnue.

St-Onge a alors annoncé un gel du financement fédéral de Hockey Canada jusqu’à ce que les conclusions d’une enquête indépendante soient complétées.

Plusieurs commanditaires de premier plan – dont la Banque Scotia, Canadian Tire, Tim Hortons et Esso – ont commencé à prendre leurs distances avec Hockey Canada. Au même moment, plusieurs joueurs de l’équipe du monde junior 2018 ont commencé à publier des déclarations niant leur implication dans l’agression présumée.

Le 30 juin, Renney a pris sa retraite en tant que PDG de Hockey Canada. Il avait déjà publié un plan de succession en avril selon lequel Smith devait prendre ses fonctions le 1er juillet. Smith l’a fait, tout en restant président de la fédération.


juillet 2022

Hockey Canada a révélé dans une lettre ouverte qu’elle relancerait l’enquête tierce précédente sur l’incident de 2018 et que la participation de tous les joueurs de cette équipe serait obligatoire, sinon ils s’exposeraient à une interdiction totale des activités futures de Hockey Canada.

Hockey Canada est également devenu signataire du Bureau du commissaire à l’intégrité du sport du pays, qui est en mesure d’enquêter de manière indépendante sur les plaintes pour abus et d’imposer des sanctions. L’instance dirigeante a également déclaré qu’elle exigerait une formation sur la violence sexuelle et le consentement pour tous ses employés et joueurs liés à des programmes de haute performance, et qu’un examen par un tiers de la gouvernance de l’organisation serait mené.

Le 18 juillet, la Presse canadienne a rapporté que Hockey Canada maintenait un fonds de cotisations au hockey mineur qu’il utilisait pour payer les dettes non assurées. Cela incluait les plaintes pour agression sexuelle. Le lendemain, Hockey Canada a confirmé par une déclaration publique l’existence de ce fonds – appelé Fonds national d’actions – qui couvrait « un large éventail de dépenses liées aux initiatives en matière de sécurité, de bien-être et d’équité ». Hockey Canada a rapidement annoncé que le fonds ne servirait plus à régler les réclamations pour agression sexuelle.

Pendant que Hockey Canada s’expliquait, la police de Londres a annoncé un examen interne de sa propre enquête de 2018.


octobre 2022

Smith a été expulsé de son poste de PDG de Hockey Canada et l’ensemble de son conseil d’administration a démissionné. Un comité de gestion intérimaire a été créé pour guider l’organisation jusqu’à l’élection d’un nouveau conseil d’administration.


novembre 2022

Hockey Canada a reçu un rapport final d’un tiers de Henein Hutchison LLP.


avril 2023

St-Onge a annoncé que le financement fédéral de Hockey Canada avait été rétabli.

«Je leur ai posé trois conditions, ils ont rempli ces trois conditions», a déclaré St-Onge. “C’était pour que le changement approprié soit mis en œuvre dans l’organisation.”


juillet 2023

Katherine Henderson a été annoncée comme nouvelle présidente et directrice générale de Hockey Canada.


novembre 2023

Hockey Canada a révélé qu’il avait reçu et examiné les conclusions de ce rapport d’enquête tiers et que les résultats faisaient l’objet d’un appel.

“Que [previous] “L’audience est terminée”, a déclaré Hockey Canada dans un communiqué. “Le panel a fourni son rapport décisionnel final à toutes les parties impliquées. Peu de temps après, un avis d’appel a été déposé, comme le permettent les procédures d’enquête et de décision de Hockey Canada. »

Le communiqué ne précise pas qui a demandé l’appel et s’il s’agit de plus d’une personne.

En outre, le communiqué indique qu’un comité judiciaire indépendant a tenu une audience pour déterminer si et comment les joueurs de cette équipe du monde junior 2018 avaient enfreint le code de conduite de l’instance dirigeante et a débattu d’éventuelles sanctions.

Tous les joueurs de cette équipe de 2018 sont restés suspendus de tout programme jusqu’à ce que la procédure d’appel soit terminée.


janvier 2024

Le Globe and Mail a rapporté que cinq joueurs de l’équipe de 2018 avaient été priés de se rendre à la police de Londres.

Avant cette nouvelle, Formenton et Dube avaient déjà pris des congés de leurs équipes respectives. McLeod, Foote et Hart feraient rapidement de même.

Les avocats des cinq joueurs ont publié des déclarations affirmant leur innocence dans cette affaire.

La police de Londres annonce qu’une conférence de presse aura lieu avec les médias le 5 février pour faire le point sur l’enquête et les prochaines étapes qui seront prises.


Et après?

Chacune des équipes de la LNH dont les joueurs sont impliqués dans l’affaire a refusé de commenter, au-delà du fait que les joueurs ont obtenu un congé pour une durée indéterminée. La LNH et l’AJLNH ont également refusé de faire tout commentaire substantiel, en attendant de nouvelles informations.

Après la conférence de presse de lundi, une déclaration devrait être faite au niveau de la ligue.

By rb8jg

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *